Collaboration et innovation

Pierres d’angle de la stratégie environnementale de Fortum

collaboration

L’électrification de la société est un puissant levier d´action pour combattre les conséquences du réchauffement climatique. En mettant au coeur du système les énergies renouvelables, qui sont d’ores et déjà les sources d’énergie les moins coûteuses, cette électrification permet une réduction de nos émissions de CO2. L’hydroélectricité joue dans cette électrification un rôle particulier. En plus de n’émettre pratiquement aucun gaz à effet de serre, c’est une énergie flexible et stockable qui permet une sécurité d’approvisionnement en énergie et équilibre les productions électriques solaire et éolienne, elles-mêmes tributaires des conditions climatiques.

L’hydroélectricité peut néanmoins avoir un impact local sur la biodiversité et affecter la continuité écologique et les habitats aquatiques.

En tant que producteur nordique d’hydroélectricité responsable, Fortum met l’environnement au coeur de sa stratégie opérationnelle, prend part aux efforts de recherche dans le secteur et met en place des mesures volontaires et règlementaires pour mieux respecter la biodiversité, le cycle de vie des populations de poissons et faciliter le multi-usage de l’eau. Nous cherchons continuellement à atténuer l’impact de nos opérations sur l’environnement en utilisant les meilleures pratiques et technologies.

Une stratégie environnementale intégrée, exécutée en coopération avec les parties prenantes

La perspective environnementale est entièrement intégrée dans notre stratégie et nos opérations. Nous améliorons la biodiversité autour de nos sites, nous mettons systématiquement en place des projets environnementaux et coopérons en lien étroit avec les parties prenantes locales.

Nous tenons à jour sur l’ensemble de nos installations hydroélectriques des portefeuilles de projets environnementaux, véritable banque de donnée en temps réel des projets émanant de différentes entités locales et nationales. Ces portefeuilles de projets, mis à jour de manière régulière, sont au coeur de notre travail environnemental. Nous mettons en oeuvre, avec les différentes instances locales, municipalités, associations, et autorités environnementales, avec qui nous coopérons de longue date, les projets les plus significatifs et les plus efficaces.

Hållbar Vattenkraft : le modèle de coconstruction pour la vallée de la rivière Dalälven

Sept opérateurs, dont Fortum, exploitent efficacement 34 installations hydroélectriques sur la rivière Dalälven, en Suède. Elle traverse plusieurs circonscriptions administratives sur environ 400km, dont la ressource en eau concerne de nombreuses activités et dont la production d’énergie est vitale pour le réseau.Un modèle de coopération a été mis en place afin de coconstruire, avec toutes les parties prenantes, un projet d’ensemble ainsi que la gouvernance qui régit la mise en oeuvre des projets et leur évolution dans la durée. Une concertation a eu lieu sur trois ans au moyen d’une centaine de réunions et de groupes de travail, ainsi que de trois séminaires de synthèse. Un programme d’action sur 15 ans a été établi, comprenant 45 mesures relatives à l’environnement, les usages de l’eau et l’amélioration de la production d’énergie. Un Comité de pilotage a été constitué, où toutes les parties prenantes sont représentées. Il assure le suivi, la gestion et l’évaluation en continu du programme. Surtout, pour prendre en compte le nécessaire besoin de flexibilité, il est en charge de le faire évoluer, autant que de besoin, au fur et à mesure de l’amélioration des connaissances sur les caractéristiques de la vallée, dans une coordination forte entre opérateurs, autorités publiques, locales et associations.

2019 : création du fonds environnemental suédois avec d’autres producteurs hydroélectriques

En complément de son portefeuille de projets environnementaux pour l’hydroélectricité, Fortum, en coopération avec la majorité des acteurs de l’hydroélectricité suédoise, a créé en 2019 le fonds environnemental pour l’hydroélectricité suédois. Un milliard d’euros seront investis sur une période de vingt ans par l’ensemble des acteurs afin d’améliorer la qualité de l’environnement autour des centrales et barrages hydroélectriques.

logo_blueAu-delà des investissements, il s’agit aussi d’optimiser la production électrique pour en diminuer les impacts environnementaux. Fortum, avec les autres producteurs hydroélectriques a ainsi accepté une diminution de 1 500 000 MWh de production électrique annuelle pour raison environnementale.

Le fonds environnemental pour l’hydroélectricité est l’un des principaux pourvoyeurs de financements pour les actions environnementales à venir. Les fonds récoltés seront utilisés pour financer des mesures liées à la protection des écosystèmes naturels mais aussi visant à favoriser la pêche, dynamiser le tourisme et faciliter le développement local. « Il s’agit d’une collaboration importante qui nous a permis de nous mettre d’accord sur une solution visant à financer des mesures pour aider à diminuer les impacts de l´hydroélectricité sur l´environnement. Maintenant, toutes les conditions sont en place pour permettre la mise en oeuvre des mesures environnementales appropriées là où elles seront les plus efficaces » déclare Toni Kekkinen, Vice-Président Hydroélectricité chez Fortum.

Des objectifs 2019 en droite ligne de notre politique de promotion environnementale de long terme

Les objectifs de Fortum pour 2019 (plus de 20 projets environnementaux d’envergure et plusieurs mesures importantes de protection d’espèces en liste rouge) font partie du plan de développement ambitieux de Fortum pour mieux comprendre en compte les enjeux environnementaux dans nos projets. Ils couvrent, outre la protection des espèces aquatiques, la protection de la biodiversité terrestre et les espèces listées parmi les espèces protégées.

objectifs-2019De plus, Fortum a formalisé son approche pour la préservation de la biodiversité dans deux documents : le manuel de biodiversité et le plan d´action biodiversité, s´assurant ainsi d´une vision globale et intégrée sur cette thématique clé.

Le manuel de biodiversité assure que les enjeux de biodiversité soient au coeur de nos processus de gestion environnementale et de nos opérations. Le plan d’action biodiversité de Fortum décrit, quant à lui, les objectifs, responsabilités, calendriers et partenaires pour la mise en oeuvre des actions en faveur de la biodiversité.

Des méthodes innovantes pour comprendre la biodiversité autour de nos installations hydroélectriques

La méthode de l’ADN environnemental (E-DNA)

E-DNA est une méthode basée sur l’ADN qui permet d’évaluer les espèces présentes le long d’un plan d’eau. Cette méthode permet de contrôler la taille de la population, la distribution des espèces et les dynamiques de population de poissons sans besoins de pêche. Ce type de technologie peut améliorer de façon significative la connaissance des milieux aquatiques environnants. Par exemple, sur la rivière Dalälven, les résultats collectés de nos échantillons d’ADN environnemental ont montré qu’il y avait 7 autres espèces de poissons qui vivaient dans la partie amont de la centrale hydroélectrique Spjutmo de Fortum en plus des 10 précédemment identifiés avec la pêche électrique, méthode traditionnellement utilisée pour rendre compte de la variété des espèces.
A travers la méthode de modélisation d’habitat, nous sommes en mesure d’évaluer l’impact de la variation des débits et des niveaux d’eau sur les milieux aquatiques et de définir les zones les plus propices pour les différentes espèces au sein de l’espace modélisé. Ceci nous permet ensuite de prendre des décisions relatives à nos opérations et notamment à leur impact.

La modélisation d’habitats pour la restauration de la rivière Vuoksi

On trouve une population abondante de truites et d’ombres de rivière dans la rivière Vuoksi dans l’est de la Finlande, où Fortum exploite les deux centrales d´Imatra et de Tainionkoski. En raison de la construction de barrages sur la rivière, des sections de rapides et leurs milieux caractéristiques ont disparu alors qu’ils constituaient d’importantes zones de frais.
Le projet de restauration de la rivière a débuté par la définition d’habitats appropriés pour les truites et les ombres au moyen d’une modélisation de la rivière Vuoksi grâce à l’outil Fortum combinant à la fois une modélisation hydraulique ainsi que les préférences de milieux des espèces en question. A partir des résultats obtenus, les espaces les plus appropriés ont été identifiés et le lit de la rivière a été remodelé et des graviers et des pierres ont été ajoutés pour rendre le fond plus naturel et plus propice à la reproduction des poissons.
La planification et la mise en oeuvre de la restauration des milieux de la rivière Vuoksi se poursuit sous la forme d’un projet commun entre Fortum, la municipalité d’Imatra, et les autorités environnementales.

Mettre en oeuvre les meilleures solutions environnementales localement

Un panel de techniques au service de l’amélioration du cycle de vie des poissons

Une des priorités de notre travail environnemental est d’améliorer le cycle de vie des poissons grâce à la mise en oeuvre des meilleures pratiques pour permettre aux poissons d’atteindre les zones de frai et de migrer dans la rivière. Nous mettons toujours l’accent sur l’obtention de résultats tangibles qui soient adaptés aux spécificités locales.

Nous avons donc développé une variété de techniques comme des programmes d’alevinage, des passes à poisson, des dispositifs de capture et transport de poissons et enfin, la dernière de nos solutions en date : un canon à poissons. Le canon Whoossh est un système construit à partir de tubes pneumatiques qui peut envoyer le poisson en toute sécurité à plusieurs centaines de mètres jusqu’à 35km/h. Il s’agit d’une méthode efficace qui permet de déplacer, trier et quantifier le nombre de poissons passant par un barrage. Le premier modèle de canon Whoossh en Europe est installé à la centrale hydroélectrique de Forshaga sur la rivière Klarälven en Suède durant l’été 2019.

Dispositif de « capture et transport de poissons » dans la rivière Oulojoki

ctp
Dispositif de capture et transport de poissons à Montta

Dans la rivière Oulojoki en Finlande, une autre méthode a été utilisée pour améliorer la connectivité de la rivière. Les zones de frai pour les salmonidés se trouvent derrière plusieurs barrages et il est en effet plus efficace d’attraper le poisson en aval et de le transporter directement dans les zones de frai. Après une période de calibrage de l’appareil, le dispositif de « capture et transport de poissons » a été mis en service en 2019. En plus d’améliorer l’accès des poissons aux frayères, l´appareil est équipé de capteurs qui récoltent des données sur les conditions de la rivière afin de mieux comprendre les problématiques liées à la migration des poissons.

Nous avons besoin de données concrètes car renforcer le cycle naturel des poisons migrateurs dans une rivière particulièrement construite requiert des efforts sur la durée. En ce qui concerne la rivière Oulujoki, la collaboration entre les municipalités, les autorités locales environnementales, les pêcheurs et les opérateurs a bien commencé et se poursuivra dans le temps, notamment au sein du comité de pilotage pour les activités de « capture et transport », déclare Marja Savolainen, Manager Environnement chez Fortum.

Le canal biologique sur la rivière Västerdalälven en Suède

Un canal biologique est une variante d’une rivière de contournement naturelle qui permet à un certain nombre d’animaux et d’espèces de plantes, pas seulement les poissons, de s’établir dans le canal.

utter-2
Une loutre à Eldbäcken

Le canal biologique d’Eldbäcken, unique en Suède, a alimenté les travaux de recherche de nombreux universitaires. Ces études contribuent à plusieurs disciplines comme l’hydrologie, la compréhension de la végétation des dunes et plages de sable, les modes de vie du benthos (les organismes aquatiques), des grandes moules, des reptiles, ou encore des poissons.

Nous avons installé une caméra sous-marine et un comptoir à poisson pour surveiller les espèces de poissons et d’animaux vivant dans le canal, comme les loutres. La caméra utilise des rayons infrarouges pour enregistrer chaque poisson ou animal qui nage à travers Eldbäcken vers l’amont ou l’aval.

Les informations sont ensuite présentées sur un site internet en suédois qui collecte les statistiques et les vidéos des différentes espèces.